DIGITAL

Utilisée essentiellement par les grands comptes avant la crise sanitaire, la signature électronique connait depuis lors une forte démocratisation dans les PME et ETI où la transformation digitale et la dématérialisation s’accélèrent. A ce rythme, elle devrait rapidement devenir indispensable dans la plupart des secteurs.

Par Lætitia Conti

Plus rapide, plus sure et même plus économique au niveau des frais d’envoi… La signature électronique se fait progressivement une place dans les PME et ETI qui sont de plus en plus nombreuses à la réclamer, tous secteurs confondus (assurance, banque, immobilier, bâtiment etc…). Elle est naturellement plébiscitée par les ETI mais aussi par les PME, même les plus petites.

Un gain de sécurité

La signature électronique sert à attester d’un consentement et à approuver des documents digitaux pour les parties qui l’utilisent. Elle garantit l’intégrité des documents (ceux-ci sont ainsi figés dans le temps) tout en assurant également leur traçabilité. En effet, chaque signature électronique est munie d’un certificat électronique qui garantit l’intégrité du document dès qu’il est signé.

Un gain de temps

La signature électronique évite de nombreuses de manipulations chronophages telles que l’impression, le scan, l’envoi par mail ou courrier postal. Elle permet d’envoyer ou de retourner un document signé en quelques instants, quelque soit son importance. Les facteurs espace et temps sont ainsi dépassés et tout devient beaucoup plus fluide puisque la consultation d’un document et son approbation sont quasi instantanées.

Un gain de simplicité

Utiliser la signature électronique est fort simple et il existe des solutions précisément adaptées aux PME et ETI de tous secteurs d’activité.

  • Elle permet suivre en temps réel l’état des commandes.
  • Il est possible de recevoir une notification dès qu’elle a été validée ou de programmer des relances automatiques.
  • Elle peut s’intégrer dans les logiciels métiers afin d’automatiser tout le process de gestion documentaire.

La signature électronique est évidemment utilisée pour des documents commerciaux (type contrats) avec les fournisseurs mais pas seulement. En effet, elle convient parfaitement à d’autres types de documents RH tels que des promesses d’embauche, CDI ou d’autres procédures administratives liées à l’embauche d’un salarié. Elle convient également à la signature d’une mutuelle d’entreprise, d’un règlement intérieur ou encore d’accords de confidentialité.

La guerre entre Ukraine et la Russie a réveillé tous les spectres de cyberattaques sur l’Europe et ses entreprises. La menace est prise très au sérieux par l’ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information) qui préconisent de mettre en place 5 mesures préventives prioritaires pour protéger les systèmes informatiques des PME et ETI.

Par Serge de Cluny

Ce n’est pas ce conflit à l’est de l’Europe qui a crée les risques de cybermalveillance et il faut comprendre que la lutte contre ce fleau s’inscrit dans une démarche de long terme. Cependant au vu de la situation, l’ANSSI conseille d’adopter à court terme 5 mesures visant à :
– renforcer l’authentification sur les systèmes d’information
– accroître la supervision de sécurité
– sauvegarder hors-ligne les données et les applications critiques
– établir une liste priorisée des services numériques critiques de l’entreprise
– s’assurer de l’existence d’un dispositif de gestion de crise adapté à une cyberattaque

1 – Sécuriser l’authentification des comptes

Cette mesure est urgente et indispensable, en particulier sur les comptes les plus sensibles, c’est à dire ceux avec lesquels les administrateurs accèdent à l’ensemble des ressources ainsi que les comptes utilisés dans les postes les plus sensibles de l’entreprise (organe de direction, cadres dirigeants…). Pour cela, Il faudra prioriser l’utilisation d’une authentification forte sur ces comptes à l’aide de deux facteurs d’authentification :
– Un mot de passe tracé de déverrouillage ou une signature
– Un support matériel tel qu’une carte à puce, un jeton USB ou carte magnétique ou au moins une demande de code sur un autre appareil (un code SMS, par exemple)

2 – Renforcer la supervision de sécurité

L’ANSSI conseille de mettre en oeuvre une supervision de sécurité journalière sur les points d’entrée dans les systèmes d’information (points d’entrée VPN, bureaux virtuels, contrôleurs de domaine…). Les services et collaborateurs en charge de cette surveillance doivent rester à l’affut de toute anomalie ou connexion anormale, même celles qui paraissent insignifiantes, ainsi que de toute alerte dans les consoles d’antivirus.

Pour les entreprises qui le peuvent, il est également souhaitable de déployer des outils de visibilité sur l’état de sécurité des systèmes d’information (Sysmon, EDR, XDR).

3 – Sauvegarder les données et applications sensibles hors-ligne

Toute les entreprises procèdent à des sauvegardes de données à une fréquence quasi quotidiennes. Pour plus de sécurité, l’ANSSI préconise de procéder à ces sauvegardes de façon déconnectée du système d’information, surtout pour les données essentielles et fondamentales à la continuité de l’activité. Ce process n’est pas compliqué puisqu’il suffit par exemple de sauvegarder sur des disques durs externes ou des bandes magnétiques.

Grâce à cette précaution, l’activité pourra continuer normalement en cas de cyberattaque. Bien sur, l’actualisation des sauvegardes doit être effectuée tres régulièrement afin qu’elle soit efficace en cas d’attaque.

4 – Bien identifier les services numériques sensibles de l’entreprise et les lister selon leur importance

Pour adopter une politique de cybersécurité cohérente, l’ANSSI précise que l’entreprise doit avoir une vision nette et claire de ses différents systèmes d’information avec leur niveau de criticité et de dangerosité.

Si ce n’était pas le cas, il sera nécessaire de procéder à l’inventaire de tous les systèmes, outils digitaux et applications, service par service, établissement par établissement. Le but de cet inventaire est d’abord d’avoir une meilleure vue d’ensemble de la structure digitale de l’entreprise mais aussi et surtout d’agir méthodiquement. Il faudra aussi identifier les dépendances vis-à-vis des prestataires afin de les solliciter efficacement en cas de problème, ce qui nous amene à la cinquième mesure.

5 – Définir un dispositif de gestion de crise

Préparer des points de contact en cas d’urgence, notamment pour les prestataires de services numériques et pouvoir disposer des numéros et codes à proximité (pour cela la bonne vieille version papier reste une solution simple et efficace).
L’idée est de mettre en place un protocole d’urgence permettant d’assurer la continuité de l’activité en cas de cyberattaque. Pour cela, n’hésitez pas à procéder régulièrement à des exercices de simulation selon votre exposabilité à ces menaces et définir ainsi un plan de réponse en réaction à une cyberattaque.

Enfin, le plan de reprise informatique n’est pas moins important et doit être concu par les équipes techniques pour pouvoir remettre en service les systèmes d’information impactés en cas de cyberattaque et restaurer ainsi les systèmes et données.

L’ANSSI met à la disposition des PME et ETI certaines recommandations
et propose également un Guide d’Hygène Informatique très complet pour vous accompagner dans la mise en place d’un système sécurisé efficace pour votre entreprise

La valorisation de ces nouveaux actifs volatils est telle qu’ils peuvent fragiliser le système financier traditionnel avec un poid qui représenterait « plus que la valorisation cumulée des sociétés du CAC 40″ selon un compte-rendu dédié au marché des cryptomonnaies publié par Statistas. La mode des cryptomonnaies est bien là puisqu’environ 8% des Français en ont déjà acquis et que tous les investisseurs, même les plus prudents, s’y intéressent. Penchons-nous donc sur 3 cryptomonnaies qui nous paraissent prometteuses en ce mois de février 2022.

Par Franck Boccara

Les institutions financières et gouvernementales ne savent pas encore comment digérer cette nouvelle realité, à l’instar de Bercy, qui se déclare inquiet de la « hausse très rapide et importante du marché des cryptomonnaies ». Et pour cause, la valorisation des milliers de différents cryptoactifs qui circulent sur le globe a plus que triplé en 2021 pour atteindre 2600 milliards de dollars, dont 1200 milliards pour le seul bitcoin. Parmis toutes les « cryptos », on remarque que certains actifs se démarquent en cette période et c’est l’occasion de présenter trois projets qui nous ont interpelés par leur potentiel.

Lucky Block

A la différence des cryptomonnaies habituelles, Lucky Block est en fait une loterie en ligne hébergée sur une blockchain sécurisée et décentralisée. Cela signifie qu’aucune autorité centrale ne la contrôle et que tous les joueurs sont donc égaux.

Lucky Block a choisi la prévente comme stratégie de lancement mais depuis février, il est possible d’acquérir Lucky Block sur Pancakeswap si vous possédez des BNB (Binance Coin).

Les avantages

  • Les utilisateurs ont accès à toutes les transactions effectuées
  • Les gains sont reversés très rapidement.
  • 70 % des gains sont partagés entre les gagnants et les 30 % qui restent sont distribués de façon équitable entre les détenteurs de jetons Lucky Block ainsi que vers des œuvres charitables.
  • Plusieurs tirages par jour ont lieu, ce qui augment les probabilités de gains

Binance Coin (BNB)

A propos de BNB… c’est une cryptomonnaie qui a été lancée en 2017 par la bourse asiatique Binance. Aujourd’hui elle dispose de sa propre blockchain et propose des frais sur l’exchange assez faibles comparé à la concurrence.

Les avantages

  • Tous les trimestres, des BNB sont retirés de la circulation dans le but de diminuer la masse monétaire et donc de faire augmenter la valeur de chaque BNB (jusqu’à ce que cette réduction atteigne 50 %).
  • Cette cryptomonnaie offre à ses détenteurs la possibilité d’acheter des biens ou des services en ligne notamment en utilisant une carte de paiement Binance Visa. De plus, Il est également possible de réserver des voyages.
  • Binance Coin a aussi une fonction de token utilitaire permettant de financer d’autres projets tels que Lucky Block par exemple.

The Sandbox

Ceux qui suivent l’évolution du monde digital ont compris que son avenir sera fortement marqué par le Metaverse et The Sandbox sera liée à cette nouvelle économie virtuelle. Au départ, The Sandbox est une plateforme de jeu communautaire totalement virtuelle où l’on peut créer son propre monde, accueillir d’autres joueurs et même le monétiser. Les jetons offrent ainsi aux utilisateurs la possibilité de réaliser des transactions ou de générer des intérêts.

Les avantages

  • Nombre de grandes sociétés telles qu’Atari ou encore Carrefour détiennent des terrains sur The Sandbox.
  • La plateforme garantit qu’il n’y aura jamais plus de 3 milliards de jetons Sand en circulation.

Il est tout de même nécessaire de préciser que tout investissement dans les cryptomonnaies comprend des risques de pertes financières et doit être conditionné à une compréhension et à une bonne connaissance de cet univers. En effet, les cryptomonnaies ne sont pas réellement régulées et la présence de personnes et de structures malveillantes reste forte importante dans ce domaine…la prudence s’impose donc!


La relation client est au cœur des enjeux de développement et de pérennité des PME et ETI qui mettent tout en œuvre pour fidéliser et gagner la confiance de leurs clients. L’un des outils les plus connus et les plus efficaces pour booster la relation client est évidemment le CRM, voyons ensemble les raisons de ce succès et comment bien se servir de ce logiciel.

Par Franck Boccara

L’augmentation du chiffre d’affaires est étroitement liée à l’acquisition de nouveaux clients mais avant tout à la conservation de la clientèle existante, de plus en plus exigeante, de laquelle il est impératif de connaitre les besoins, les attentes et les préférences. La stratégie marketing des entreprises doit donc s’adapter en permanence à chaque profil de consommateur afin de lui offrir une expérience client optimale sans laquelle il serait très simple à ce fameux client de comparer la qualité des services proposés par la concurrence. Il est donc primordial de bien utiliser les outils qui permettent d’apporter aux clients plus de rapidité, de confiance, de fluidité et de personnalisation. Pour cela, il faut avoir une bonne maîtrise des réseaux sociaux, de l’emailing, du live chat, etc…mais le plus efficace reste le CRM qui a su trouver sa place dans la plupart des PME et ETI.

Le mot CRM vient de l’anglais Customer Relationship Management. C’est LE logiciel incontounable pour optimiser la relation client par la centralisation des données clients qu’une entreprise obtient grâce aux informations recueillies sur chaque client et surtout en les rendant accessibles aux collaborateurs.

Le CRM est le plus souvent hébergé sur le Cloud. Ce logiciel comporte différents modules qui permettent de fournir aux entreprises une large palette de solutions de gestion de la relation client, notamment en matiere de données client, de marketing, de commerce et d’e-commerce, de vente et de service. En dehors de sa principale fonction qui est de collecter des informations sur la clientèle, le CRM peut également être utilisé pour atteindre de nombreux objectifs.

Restez connectés à vos clients

Les avantages du CRM pour votre entreprise

En plus de fournir aux entreprises les moyens d’avoir une vision générale claire et nette de la relation client, le CRM offre la possibilité d’être informé en temps réel des besoins de chacun des clients. Cet apport va servir à anticiper leurs besoins futurs et pouvoir ainsi ajuster en permanence les campagnes marketing dans le but d’optimiser les performances et de fidéliser les clients le plus rapidement possible. C’est une stratégie marketing à long terme qui aura automatiquement pour effet de renforcer la notoriété et la crédibilité de l’entreprise vis-à-vis de sa clientèle.

Un autre avantage fort pratique est que ce logiciel est hébergé sur le Cloud et donc accessible en ligne simplement sans nécessiter l’intervention de techniciens qui perturberaient les services informatiques pendant des heures. Evidemment, le CRM est utilisable par tous les collaborateurs où qu’ils se trouvent et leur permet de travailler sur un même dossier en étant au même niveau d’information et donc de pouvoir décider le plus rapidement possible. Cet aspect est d’autant plus appréciable depuis le depuis le début de la crise sanitaire et la généralisation du télétravail.

Enfin, le CRM est adapté à toutes les tailles d’entreprises, de tous secteur d’activité, désirant améliorer leur image en considérant les clients comme des ambassadeurs de la marque…et c’est clairement la tendance marketing qui se démarque pour aujourd’hui et demain.


Bien maîtriser la communication multilingue est un enjeu capital dans le développement international des PME et ETI.
SYSTRAN est un éditeur français qui met à votre disposition des solutions Cloud de traduction automatique vous permettant d’accéder à une technologie de pointe initialement réservée aux grands groupes et aux organisation publiques.
Gaëlle BOU, Directrice commerciale et marketing, vous parle de ces solutions sécurisées et personnalisées qui sauront répondre aux besoins de traduction spécifiques à votre métier.


Les PME et ETI sont fortement incitées à s’engager dans la transition écologique et il existe de nombreuses aides financières pour les y accompagner. Bien sur l’ADEME représente un pivot central dans ce domaine mais ce n’est pas le seul et il parfois compliqué de s’y retrouver. C’est justement pour vous orienter dans vos recherches qu’un site Web est né.

Par Serge de Cluny

Lorsqu’on pense transition écologique, on associe souvent cette idée à l’ADEME et c’est tout à fait logique. En effet, l’Agence de la transition écologique intervient en direction des PME et ETI en proposant des solutions de financement de projets qui vont dans le sens d’une optimisation d’un ou plusieurs aspects de cette transition : utilisation de l’énergie, impact atmosphérique, gestion des déchets ou encore stratégie environnementale des produits.

L’ADEME peut soutenir vos projets de environnementaux, qu’ils soient en lien avec votre site ou avec votre activité (process industriel et flux logistiques) ou bien qu’il s’agissent de conception et de commercialisation d’une offre innovante de produits et de services environnementaux. Pour vérifiez les possibilités de financement, de conseils et d’expertises, n’hésitez pas à contactez la direction régionale de l’ADEME de votre territoire

L’ADEME est également en mesure de vous mettre en relation avec d’autres acteurs et vous permettre de vous connecter aux réseaux d’entreprises de votre territoire. Cependant, il manquait un outil permettant de regrouper toutes les aides financières à la transition écologique des entreprises.

C’est précisement dans ce but que le gouvernement a lancé le site internet «Mission Transition Écologique» que vous pouvez consulter en cliquant ici (version bêta).

«Mission Transition Écologique» vous donne accès en un click à l’ensemble des aides publiques pour la transition écologique des entreprises grâce à :

  • un moteur de recherche réunissant près de 500 dispositifs publics d’accompagnement et de financement pour la transition écologique (ADEME, Bpifrance, Régions, Départements, Agences dédiées, etc.) ;
  • la possibilité d’être rappelé par un conseiller expert de la transition écologique qui saura répondre aux questions des entreprises sur leur transition, trouver les aides pertinentes pour le projet de l’entreprise et orienter vers les bons contacts pour aller de l’avant ;
  • un effort de simplification et d’explication des dispositifs publics, y compris les aides au démarrage.

Maintenant c’est à vous de jouer…

Le logiciel ERP est devenu un outil incontournable pour gérer de manière efficace l’ensemble des activités et les différentes tâches que les PME et ETI rencontrent dans leur fonctionnement quotidien. Ses avantages sont multiples et très utiles mais pour bénéficier des fonctions de l’ERP de façon optimale, il est important de bien choisir celui qui correspond à votre entreprise. Voyons ensemble les principaux critères à prendre en compte.

Par Franck Boccara

Un ERP qui correspond à votre métier

Votre première priorité sera d’opter pour un logiciel ERP adapté à votre type d’activité et pour cela deux possibilités s’offrent à vous :

La première serait de choisir un logiciel ERP générique (adapté aux entreprises et aux industries) proposé par des éditeurs généralistes et reconnus sur le marché. La deuxième option consisterait à opter pour un logiciel ERP orienté sur un métier spécifique.

Si vous choisissez la première option, il faudra intégrer au logiciel plusieurs fonctionnalités qui vous permettront de l’adapter aux besoins de votre entreprise. Cette adaptation peut augmenter le coût et le délai de mise en place du logiciel et peut aussi créer des dysfonctionnement du logiciel au moment des futures mises à jour. Si vous optez pour un logiciel dédié à votre métier, il sera plus simple de l’intégrer à votre organisation sans avoir forcément besoin d’effectuer de grands travaux de développements.

Un ERP personnalisable

Avant de porter votre choix, il est important de vous assurer qu’il sera possible à l’avenir de le personnaliser pour l’adapter aux évolutions du marché ainsi aux particularités de votre entreprise. Cette reflexion avant achat vous permettra d’éviter de réinvestir de sitôt dans un nouvel ERP pour vous adapter aux futures exigences du marché. Un bon logiciel ERP doit être à la fois souple et obéir au respect des normes en vigueur dans votre entreprise.

Un logiciel sécurisé

Il faut veiller à sécuriser les données de votre entreprise et éviter toute possibilité de fuite ou toutes sortes d’attaques malveillantes. Le logiciel ERP doit pour cela impérativement vous garantir la sécurité des données qui y sont intégrées grâce à une fonctionnalité qui refuse aux utilisateurs non autorisés l’accès aux informations qu’il contient et vous assure une meilleure traçabilité des flux d’informations.

Le prix et la réputation

On pourrait croire qu’il n’est pas nécessaire de préciser cela mais certaines entreprises font l’erreur de choisir des logiciels qui proposent des formules trop coûteuses et pas forcément nécessaires. Il faut tout simplement analyser le rapport qualité-prix et à contrario éviter les logiciels ERP accessibles à trop bas prix.

N’hésitez pas, avant de prendre votre décision, à consulter les avis clients facilement trouvables par une simple recherche sur le net. Ces appréciations positives et négatives des clients vous aideront à évaluer si le logiciel est vraiment celui qui correspond à vos enjeux.


Zest est une plateforme web et mobile de nouvelle génération qui transforme l’ensemble des processus RH et managériaux en rituels modernes et dynamiques pour une expérience collaborateur unique. Elle vous permet de recueillir les idées, avis et feedbacks de tous les membres de votre organisation, d’identifier les irritants, tendances ou leviers de motivation clés. Puis, vous élaborez des plans d’action efficaces qui boostent l’engagement et le bien-être de toutes vos équipes, même à distance ou sur le terrain.

En donnant la parole à vos collaborateurs, vous collectez des éléments factuels pour appuyer et développer vos stratégies RH et managériales. Et vous créez une culture d’entreprise stimulante et bienveillante. Avec Zest, vous dynamisez les échanges et la communication interne. Les collaborateurs se sentent écoutés et valorisés. Et grâce à des tableaux de bords dédiés et des outils d’analyse puissants, les managers pilotent leurs équipes et objectifs en temps réel, et les RH mesurent la satisfaction et la motivation des collaborateurs.

Comment ? Grâce à une suite modulaire la plus complète du marché et à une équipe d’experts qui vous accompagne avec des conseils et bonnes pratiques tout au long de notre partenariat.

👉 Voir Zest en action !

Les 3 piliers de la suite logicielle Zest offrent à vos managers et RH tous les outils nécessaires pour :

💚 Écouter – Identifiez ce qui est important pour vos collaborateurs et impliquez-les

  • Prenez le pouls émotionnel de vos équipes avec le module Humeur.
  • Lancez des Sondages rapidement grâce à des modèles d’enquête prêts à l’emploi.
  • Identifiez ce qui motive vos employés via l’Engageomètre et ses 18 Leviers de motivation définis par un docteur en psychométrie.

🚀 Réussir – Modernisez vos rituels managériaux et élaborez des plans d’action pertinents

  • Faites des Points réguliers pour mieux coacher vos équipes et nourrir l’entretien annuel.
  • Suivez les Objectifs & Compétences de chaque collaborateur en temps réel.
  • Déployez une posture de manager-coach via la méthode OKR.

💫 Partager – Instaurez une culture d’entreprise collaborative, bienveillante et stimulante

  • Incitez vos collaborateurs à partager leurs Idées.
  • Donnez et recevez du Feedback régulièrement.
  • Félicitez et remerciez vos employés, et encouragez-les à faire de même entre eux.

Plus de 200 entreprises de toutes tailles accompagnent et fidélisent leurs collaborateurs via ces outils et rituels qui stimulent l’intelligence collective et donnent un sens au rôle de chacun au sein de l’organisation. Application Saas modulaire, hyper configurable et facile à déployer, Zest s’adapte à votre métier, votre culture et vos enjeux. Vous pouvez donc lancer vos premiers usages en quelques heures !

Dans cette petite vidéo d’1min30, vous verrez comment nos clients utilisent Zest pour rendre leur organisation plus épanouissante et performante !

Envie d’accélérer la transformation digitale et organisationnelle de votre entreprise pour répondre à vos enjeux RH et stratégiques de 2022 ? Laissez-vous guider par l’un de nos experts lors d’une démo de 30 minutes chrono adaptée à vos besoins spécifiques. C’est sans engagement, alors qu’avez-vous à perdre ?

👉 Demandez un rendez-vous personnalisé.

Vous êtes dirigeant ou cadre d’une PME francilienne, vous vous sentez à l’aise avec les pratiques digitales et vous avez un projet de développement de visibilité sur le net ? Si oui, cette formation en ligne organisée par la CCI Paris-Ile-de-France et « les digiteurs » peut vous convenir pour connaitre les clés d’une stratégie marketing gagnante sur des réseaux sociaux tels que Facebook, Instagram ou LinkedIn. Voici les dates et un lien pour l’inscription.

Prochaines sessions

Décembre 2021

  • JOUR 1 : Lundi 20 Décembre | 10h30-12h30
  • JOUR 2 : Mardi 21 Décembre | 09h30-12h00
  • JOUR 3 : Mercredi 22 Décembre | 09h30-12h00

Objectifs de la formation

  • Organisez votre présence sur les réseaux sociaux au travers une stratégie pensée
  • Créez du contenu intéressant qui créé de l’engagement avec votre communauté
  • Boostez votre visibilité grâce à la publicité en ligne

Programme de la formation

JOUR 1 : Définition d’une stratégie de communication pensée et organisée

  • Définition des objectifs de l’entreprise
  • Quel est ou quelles sont les cibles déterminées (persona)
  • Ressources internes/externes
  • Charte et ligne éditoriale de l’entreprise
  • Les différents types de publications et leurs impacts
  • Planning éditorial et programmation des publications

JOUR 2 : Créer du contenu professionnel et engageant

  • Défendre des valeurs de l’entreprise, ses produits et services (Le Storytelling)
  • Comment publier sur Facebook
  • Comment publier sur Instagram
  • Comment publier sur Linkedin
  • Les différentes applications de création de contenus
  • Les jeux concours
  • Social selling : boutique facebook et Instagram Shopping

JOUR 3 : Booster sa visibilité grâce à la publicité en ligne 

  • Pourquoi faire de la publicité en ligne
  • Définition de la cible / Audience
  • Le Pixel Facebook
  • Facebook Business : la plateforme publicitaire des réseaux sociaux
  • Créer une campagne publicitaire : Une méthode … des tests Indicateurs de performances et analyse de campagnes

Vous êtes intéressé par cette formation ?

INSCRIVEZ-VOUS !

Animateur de la formation

Jérôme Pradel , Conseiller numérique

Cette formation est réservée aux sociétés immatriculées en Île-de-France (Kbis à fournir)

Les cookies tiers ont pour fonction de tracker les internautes afin de récupérer des informations sur leurs habitudes de navigation. De leur côté, les navigateurs internet cherchent depuis peu à limiter ces pratiques et contraignent donc les professionnels du digital à mettre en place des dispositifs pour contourner ces mesures. Voyons quelles sont les règles en la matière qui restent en accord avec le RGPD.

Par Serge de Cluny

Avant d’apporter une réponse, il est nécessaire de bien définir ces différents concepts. Les cookies sont des fichiers déposés sur les ordinateurs des utilisateurs afin d’avoir accès à leurs données de navigation (sites visités, paniers d’achat, échanges avec des Chatbots, etc.).

Les cookies se différencient par leur utilisation et leur but. Il y a tout d’abord les cookies internes qui sont installés par un site internet pour optimiser son fonctionnement et qui n’affectent en rien l’utilisateur, et il y a les cookies tiers dont l’unique destination est de récolter des informations à des fins publicitaires.

Pour réagir à la multiplication des cookies tiers, certains navigateurs ont décidé d’en limiter l’utilisation et de réduire ainsi le tracking publicitaire. Comme toujours au jeu du gendarme et du voleur, les professionnels du digital se sont mis à la recherche d’alternatives pour contourner ces mesures et en ont trouvé plusieurs dont voici les principales :

  • Le « fingerprinting » (prise d’empreintes) dont le but est d’identifier un utilisateur de façon unique sur un site internet selon les caractéristiques de son navigateur.
  • Les « Single Sign-On » qui sont des systèmes de connexion utilisateur qui permettent une identification sur plusieurs sites grâce à une connexion à un compte unique.
  • L’utilisation des données récupérées par les cookies internes d’un site visité et leur exploitation
  • Le ciblage publicitaire « par cohorte » par lequel on arrive à cibler un groupe d’internautes avec des comportements de navigation similaires.

Devant la multiplication de ces nouveaux dispositifs, la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) a juge nécessaire de clarifier les différentes règles à respecter dans l’utilisation des cookies tiers pour assurer la protection des données personnelles et être en accord avec le RGPD, et pour cela elle rappelle les obligations légales :

  • Recueillir le consentement des internautes qui doivent, comme pour les cookies, pouvoir exercer leur choix libre et être en mesure d’accepter ou de refuser de faire l’objet d’un traçage non nécessaire (par des cookies tiers) au service demandé.
  • Permettre clairement aux internautes de garder le contrôle sur leurs données personnelles.
  • Ne pas de récolter de données sensibles, c’est a dire sur la santé des utilisateurs, leur origine, leur religion, etc.


INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER
AUX DERNIÈRES NOUVELLES

Le respect de votre vie privée est notre priorité

L’accès au site implique l’utilisation de cookies mais celle-ci est subordonnée à votre consentement.