INTERNATIONAL

Le japon, qui compte une population de 126 millions d’habitants, est le 6ème importateur de vin et 7ème importateur des boissons alcoolisées au monde (en valeur). Ces chiffres en font un marché incontournable pour les vins et spiritueux français qui bénéficient de la notoriété de la gastronomie tricolore et de son image prestigieuse. Le salon FOODEX 2022 reste le salon majeur dans le secteur des produits alimentaires et des boissons au Japon… cliquez sur le lien en fin d’article pour vous inscrire, à bon entendeur !

Après une édition maintenue et réussie en 2021 sur un format plus réduit, le salon FOODEX 2022 à Tokyo va servir de belle vitrine pour les exportateurs français de vin qui profitent de l’élan suscité par l’accord commercial entre l’UE et le Japon. Traditionnellement bien placé, le secteur du vin doit cependant affronter une concurrence de plus en plus rude, tandis que l’offre française peine quelque peu à se positionner pour la bière et les spiritueux.

On condidère souvent le marché japonais des vins et spiritueux comme mature mais il ne faut pas confondre «maturité» et «inertie» puisque le marché des boissons alcoolisées au Japon évolue dans un dynamisme et une mutation permanente. C’est un marché à conquérir et à reconquérir sans répit et un stand sur le Pavillon France du salon Foodex 2022 est un atout certain pour présenter ses produits, inviter et rencontrer ses partenaires actuels et bien sur trouver de nouveaux prospects. Si vous abordez le marché japonais pour la première fois, l’offre Primo vous est dédiée afin de vous apporter un accompagnement personnalisé à l’international.

Voici quelques indices sur les nouvelles tendances de consommation au Japon et sur les nouvelles perspectives pour les vins français :

  • Le segment des Ready to Drink, qui représente la plus importante part de marché (19,5%) en termes de volume dans l’industrie des boissons alcoolisées japonaise devrait continuer à croître dans les années à venir avec une offre plus diversifiée et plus orientée vers la santé (les boissons non-alcoolisées ou sans sucre). 
  • La vin Bio poursuit sa progression (+22% en volume) grâce à une jeune clientèle et engagée dans une consommation plus éthique pour l’environnement et meilleure pour la santé.  
  • La Covid-19 à renforcé la demande pour les petits contenants (demi-bouteilles, vin au verre, etc..) davantage destinés à une consommation individuelle.

INSCRIVEZ-VOUS !

Bien maîtriser la communication multilingue est un enjeu capital dans le développement international des PME et ETI.
SYSTRAN est un éditeur français qui met à votre disposition des solutions Cloud de traduction automatique vous permettant d’accéder à une technologie de pointe initialement réservée aux grands groupes et aux organisation publiques.
Gaëlle BOU, Directrice commerciale et marketing, vous parle de ces solutions sécurisées et personnalisées qui sauront répondre aux besoins de traduction spécifiques à votre métier.


Selon une récente étude de Bpifrance, environ 50% des PME et ETI industrielles ayant pour clients des grands comptes seraient prêts à une délocalisation à l’étranger et pas uniquement pour des raisons de coûts ou d’impôts de production. Alors quelles sont les réelles motivations qui poussent une PME ou ETI industrielle à se délocaliser ou au contraire à s’implanter dans l’hexagone ? La réponse est assez logique.

Par Franck Boccara

L’étude publiée ce jeudi 27 janvier par la banque publique d’investissement à ce sujet est claire, une délocalisation est en général décidée en fonction des donneurs d’ordres de l’entreprise. « La proximité clients est le critère principal de l’ouverture de nouveaux sites de production à l’étranger », constate Bpifrance sur la base d’un échantillon de 1.382 répondants à l’enquête menée du 2 septembre au 5 octobre 2021.

Les coûts et impôts de production sont plus élevés en France que dans la moyenne de l’Union européenne, c’est un fait. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, ils « ne sont en aucun cas le seul sujet » qui motive une décision de délocalisation, selon Élise Tissier, directrice du Lab de Bpifrance qui a conduit cette enquête.

La preuve par les chiffres : les PME et ETI industrielles ayant pour clients des grands comptes sont 46% à vouloir ouvrir de nouveaux sites à l’étranger, celles dont les clients sont d’autres PME-ETI sont 32% et celles qui vendent directement au consommateur final (BtoC) ne représentent que 4% du total. A l’échelle globale, environ 25% des entreprises de l’échantillon reconnaissent avoir été « incitées à délocaliser par ses propres clients ».

La relocalisation reste tendance

Heureusement, le désir de relocaliser est bel et bien présent  : sur les 26% d’entreprises qui déclarent vouloir ouvrir de nouveaux sites de production, près de 75% affirment vouloir le faire en France, ce chiffre stagne toutefois à 54% pour les ETI.

La balance reste malgré tout positive car les projets de relocalisation sont un peu plus nombreux que les projets de délocalisation. Parmi les entreprises sondée, 3,5% envisagent de délocaliser tout ou partie de leur outil industriel à l’étranger durant les cinq prochaines années, tandis que 5% réflechissent à une « action de relocalisation » durant cette même période.

Les principales raisons qui incitent les entreprises à relocaliser sont les suivantes : éviter la rupture des chaînes d’approvisionnement (58%), « limiter les coûts et les délais de transport (50%) », « par conviction » (52%), « pour des raisons environnementales » (46%) et juste 7% « pour suivre un donneur d’ordre ». Les entreprises désireuses de relocaliser font face à des enjeux d’accès aux compétences. Dans le textile par exemple, pour se réinstaller en France, « il y a toute une filière à reconstituer, des compétences à créer », souligne avec logique Élise Tissier.

On sait que les PME et ETI industrielles sont un moteur substanciel de notre économie et les chiffres le confirment une nouvelle fois puisque 85% d’entre elles ont l’intégralité de leur production en France, contrairement aux grands groupes français qui exportent beaucoup plus leur production. En effet, seulement 1,5% d’entre eux produisent totalement hors en France tandis que 13,5% ont des sites dans l’Hexagone et aussi à l’étranger, une tendance qui se confirment également chez les ETI de grande taille.



Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le développement international concerne toutes les entreprises, y compris les plus petites. Le tout est d’adopter une méthode rigoureuse, d’utilisez les bons relais au niveau local et d’ajuster votre démarche marketing aux contraintes juridiques, logistiques, fiscales et culturelles. Bpifrance vous conseille et vous apporte les outils qui vous permettront de sécuriser au maximum votre développement international 🌎.

Une solution simple

Le plus simple est de commencer par la création d’un bureau de liaison ou de représentation dans le pays en question, afin d’analyser le marché, prendre des contacts et adopter une stratégie de communication gagnante pour faire connaitre votre entreprise.

Cependant il est également possible de :

  • recourir aux services d’un agent commercial
  • ouvrir une succursale
  • créer une filiale
  • collaborer avec un partenaire local sous la forme d’une joint-venture ou d’un Groupement Européen d’Intérêt Economique (GEIE). 

Une méthode pragmatique

Afin d’évaluer votre capacité à vous lancer, il est nécessaire d’effectuer un diagnostic export en se posant les questions suivantes.

  • Mon entreprise est-elle prête ?
  • Est-elle en mesure d’accroître sa production, de tenir la route en terme de qualité et de compétitivité ?
  • Dispose-t-on des ressources humaines capables de se lancer dans l’aventure de l’exportation et de gérer la complexité administrative qu’elle necessite ?
  • Nos finances nous permettront-elles d’investir suffisamment, et de faire le dos rond en attendant les retours sur investissement esperes ?

Si le diagnostic est favorable, passez alors à l’étape suivante : l’élaboration de l’offre :

Pour cela, il faudra effectuer une étude de marché sur place afin de comprendre le marché local et d’affiner votre stratégie marketing en étudiant les habitudes de consommation, la culture et la langue du pays.

Avant d’opter pour la bonne stratégie commerciale, il sera impératif de débroussailler une forêt de considérations logistiques, juridiques et fiscales. Cela vous permettra de déterminer le choix du canal de vente qui reste capital pour la réussite de votre projet.

Sécurisez votre développement

Même s’il est vrai que toute entreprise peut y prétendre, le développement international engage des investissements importants et n’est pas sans risques pour l’entreprise. Bpifrance offre des solutions de sécurisation pour les entreprises exportatrices qui se lancent dans cette aventure en leur fournissant une assurance-crédit les protégeant contre les impayés et défaillances de leurs clients étrangers. De surcroit, Bpifrance propose une assurance prospection qui s’active en cas d’échec et même un parrainage bancaire pour financer les dépenses commerciales.

Bpifrance vous conseille d’adopter les 8 clés pour réussir à l’export et d’opter pour un accompagnement si vous êtes primo-exportateur. Le développement international ne s’improvise pas mais si votre stratégie est claire et réaliste, elle peut vous porter vers un incroyable accélérateur de succès à l’échelle mondiale !


La Commission européenne vient d’émettre une proposition de lutte contre l’utilisation abusive d’entités écrans à des fins fiscales inappropriées au sein de l’UE. Celle-ci vient s’ajouter à la proposition de transposition rapide de l’accord international sur la taxation à 15% des multinationales. Ces mesures reflètent une volonté de lutter plus sérieusement contre l’évasion fiscale.

Par Franck Boccara

Cette proposition a pour but de s’assurer que les entités de l’Union européenne n’exerçant aucune activité économique ou ayant juste une activité économique minimale ne puissent plus jouir d’avantages fiscaux et ne puissent donc plus représenter une charge financière sur les contribuables.

La proposition se place également en garante du droit de la concurrence puisqu’elle veille à des conditions de concurrence équitables pour la grande majorité des entreprises européennes. En effet, la période est à la relance et les entreprises y jouent ont un rôle essentiel. Les états souhaitent également s’assurer que les contribuables ordinaires n’aient pas à supporter le coût fiscal causé par ceux qui tentent d’éviter de payer leur juste part d’impôt.

Les nouvelles mesures de cette proposition contiennent des normes de transparence sur l’utilisation d’entités écrans fictives afin que leur pratiques soient être plus facilement repérable par les autorités fiscales des pays. Pour cela, le recours à certain nombre d’indicateurs objectifs tels que les revenus, le personnel ou encore les locaux sera utilisé afin de permettre aux autorités fiscales de détecter les entités écrans qui n’existent que sur papier. Ce système de filtrage va donc établir des niveaux d’indicateurs qui représenteront une sorte de « passerelle » à ne pas franchir.

Les trois passerelles de la proposition

Une entreprise qui franchirait ces trois passerelles devra déclarer chaque année plus d’informations aux autorités fiscales à travers sa déclaration de revenus.

  • La première passerelle d’indicateurs s’attache aux activités des entités en fonction des revenus qu’elles perçoivent. La passerelle est franchie dans le cas ou plus de 75 % des revenus globaux d’une entité au cours des deux derniers exercices fiscaux ne proviennent pas de son activité commerciale ou si plus de 75 % des actifs qu’elle possède sont des biens immobiliers ou d’autres biens privés d’une valeur particulièrement élevée.
  • La deuxième passerelle intègre l’élément transfrontalier. Si la société perçoit l’essentiel de ses revenus pertinents via des transactions liées à une autre juridiction ou transfère ces revenus pertinents à d’autres sociétés situées à l’étranger, la société passe à la passerelle suivante.
  • La troisième passerelle va analyser les services de gestion et d’administration de l’entreprise et voir s’ils sont assurés en interne ou sous-traités.

Une entreprise franchissant les trois passerelles devra apporter dans sa déclaration fiscale des informations spécifiques concernant les locaux de l’entreprise, ses comptes en banque, la résidence fiscale de ses administrateurs ainsi que celle de ses salariés.

Ces informations sont qualifiées d’« indicateurs de substance » et chaque déclaration devra être accompagnée de preuves à l’appui. Une entreprise qui ne peut garantir la validité de ces indicateurs de substance sera considérée comme une « coquille » et donc une entité écran.

Si une entreprise est considérée de la sorte, elle n’aura donc plus droit aux allègements fiscaux et aux avantages du réseau de conventions fiscales de son État membre et ne pourra plus bénéficier du traitement prévu par les directives mère-filiale et intérêts et redevances.

Après son adoption par les États membres, la directive devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2024.


Avec 145 millions d’habitants et un sous-sol extrêmement riche, la Russie est la onzième économie mondiale avec une croissance de 4% en 2021 malgré la crise du Covid. Elle représente un marché trés attractif pour les PME et ETI exportatrices françaises et les frontières du pays sont réouvertes aux ressortissants français depuis août 2021, permettant ainsi les missions d’affaires. Les rencontres Russie 2022 vous aideront à mieux comprendre les enjeux de ce marché.

Le marché russe est immense et plein d’opportunités dans presque tous les secteurs. Cependant, ce n’est pas une cible que l’on aborde sans informations et accompagnement préalable. C’est pourquoi Business France et la Team France export vous proposent ces rencontre Russie afin de mettre à jour vos connaissances sur le marché russe : logistique, douanes, certifications, outils financiers mais aussi focus sectoriels avec la participation de grands comptes russes intéressés par des produits et solutions françaises. Les partenaires de la Team France export Russie seront également là pendant ces rencontres Russie 2022 pour vous conseiller et vous accompagner dans votre approche de ce marché incontournable.

Evènement gratuit réservé aux entreprises

Adresse des rencontres Russie 2022 :

Business France Paris
77 boulevard Saint-Jacques 75014 Paris

S’enregistrer

AU PROGRAMME

Le Programme est provisoire et susceptible de subir des modifications 

Evénement en Présentiel avec rediffusion

Vendredi 04 février 2022
09h00 –  Allocutions d’ouverture
  • Christophe LECOURTIER, Directeur Général de BUSINESS FRANCE
  • S.E.M. Pierre LEVY, Ambassadeur de France en Russie
9h30 Dynamique économique et climat des affaires en Russie
  • Laurent CHARPIN, Chef du Service Economique Régional de Moscou, Ambassade de France en Russie
  • David LASFARGUE, Président du comité Russie des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CCEF), JEANTET Moscou
  • Hugues LAURENT, Directeur d’A. Raymond Russie
10h05 Perspectives et opportunités dans le commerce courant avec la Russie
  • Edwige PRESLE-WEISS, Attachée douanière régionale, Ambassade de France en Russie
  • Dimitri BOCANCEA, Directeur de SERCONS France
  • Cyril PACARY, Directeur de CEVA Logistics Russie
10h40 L’agriculture et l’agroalimentaire en Russie: deux secteurs en profonde mutation
  • Jean-Baptiste DEMONT, Directeur Appui aux Entreprises, Chambre de Commerce Franco-russe, partenaire TFE AGROTECH
11h15 Optimisation des process et digitalisation de l’industrie russe 
  • Remy BERTHONNEAU, Directeur de Centre France Export ( groupe CIFAL)
  • Eric AUBSPIN, Président PHOSPHORIS
11h50 Les nouveaux modes de consommation en Russie
  • Katia GERDT,  décoratrice d’intérieur et Directrice du bureau de design Katia Gerdt ( Russie)
  • Guillaume DUBUIS,  Directeur de Dualest
12h25 La Russie : terre d’opportunités pour les startups et licornes françaises
  • Euryale CHATELARD, Présidente de la French tech Moscou
  • Sviatoslav BEYSENS, Directeur des Relations Institutionnelles BLABLACAR
14h30 – 18h00 – B2B –  Rendez-vous d’affaires individuels

INTERVENANTS

Christophe LECOURTIER : Directeur Général, Business France

Pierre LÉVY :Ambassadeur de France en Russie

David LASFARGUE : Président du comité Russie des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CCEF), 
Associé du cabinet et responsable du bureau de Moscou, JEANTET

Dimitri BOCANCEA : Directeur succursale France, SERCONS

Cyril PACARY :Directeur de CEVA Logistics Russie

Eric AUBSPIN : Président de PHOSPHORIS

Jean-Baptiste DEMONT : Directeur Appui aux Entreprises, Chambre de Commerce Franco-russe, partenaire TFE AGROTECH

Remy BERTHONNEAU : Directeur de Centre France Export, Groupe CIFAL

Sviatoslav BEYSENS : Directeur des Relations Institutionnelles

La nouvelle est historique ! Comme un pied de nez à la sinistre affaire des sous-marins australiens, l’industrie militaire française signe le plus gros contrat de son histoire avec la commande par les Emirats Arabes Unis de 80 avions Rafale pour montant d’environ 14 milliards d’euros sans les armements. C’est du jamais-vu pour Dassault, le fleuron de notre aviation, qui collectionne les succès à l’export depuis quelques années et dont l’action a bondi de 9% à la suite de cette annonce. Les Emirats ont également commandé 12 hélicoptères de combat Caracal.

Par Franck Boccara

La signature de ce contrat historique avec les Émirats arabes unis (EAU) était attendue et elle s’est belle et bien concrétisée avec la vente de 80 avions Rafales. C’est la plus grosse commande à l’international pour l’avion de chasse français depuis son entrée en service en 2004.

A la suite de l’annonce de cette vente record, le président français n’a pas manqué de souligner son aspect historique en précisant que c’était « le plus gros contrat à composante militaire de l’histoire » . « Cet engagement français dans la région, cette coopération active dans la lutte contre le terrorisme, les positions claires que nous avons prises font que nous avons accru notre proximité avec les Émirats arabes unis. Et dans un moment où ils se sont sans doute posé plus de questions sur d’autres partenaires historiques, je pense que cela renforce la position de la France ».

Le ministère des armées parle d’un contrat d’environ 14 milliards d’euros pour ces 80 avions Rafale. Une somme record dans l’histoire de l’industrie militaire française, et même dans l’industrie française tout secteurs confondus. On peut d’ailleurs ajouter à ce montant la commande pour un milliard d’euros de 12 hélicoptères de combat Caracal (H225M) conçus par Airbus Helicopters à Marignane, et de 2 milliards d’armements pour MBDA.

Le résultat de longues tractations

La nouvelle est excellente pour les nombreuses PME et ETI sous-traitantes de ces grands groupes puisque ces 80 avions Rafale seront construits en France, ainsi que les hélicoptères et les armements associés.
Emmanuel Macron a évoqué la « longue relation » entre la France et les Emirats Arabes Unis » qui « s’est intensifiée ces dernières années dans la lutte contre le terrorisme et les efforts pour stabiliser la région. Tout cela a accéléré des discussions que nous avions depuis parfois longtemps et a permis de conclure une série d’accords sur le plan militaire », précise-t-il.

Florence Parly, la ministre des Armées, se réjouit de son côté des retombées pour l’industrie française et évoque un an et demi de négociations intenses pour cette commande record. D’autres contrats et accords de coopérations dans le domaine de l’énergie ont également été signés par les champions français du secteur – Engie, TotalEnergies ou TechnipEnergies.

Un partenariat géopolitique fort

« Outre la présence de trois bases militaires françaises sur le territoire émirien, cette confiance mutuelle (entre la France et les Émirats) se traduit par l’acquisition de 80 avions Rafale, 12 hélicoptères Caracal, et d’éléments associés. Il s’agit d’un aboutissement majeur du partenariat stratégique entre les deux pays », a déclaré la présidence française dans un communiqué venant marquer l’ampleur de ces relations commerciales.

Les Émirats Arabes Unies était déjà le cinquième plus gros client de l’industrie de défense française entre 2011 et 2020 avec 4,7 milliards d’euros de prises de commandes, selon le rapport au Parlement sur les exportations d’armement de la France.

Derrière la France, c’est aussi le groupe Dassault qui entretient un partenariat de longue date avec les Emirats. En effet, Dassault avait offert ses Mirage 5 aux nouveaux émirats dès leur création puis a équipé le pays en Mirage 2000 dans les années 80, qui seront par la suite modernisés par le groupe.

Les Emirats (à l’image de la Grèce ou de l’Inde) sont des pays à « double source », c’est à dire qu’ils choisissent deux modèles de pays différents pour s’assurer une certaine indépendance et varier leurs partenariats diplomatiques. Pour les Emirats, il est possible que la réticence de Joe Biden à leur livrer des F-35 ait pu jouer en faveur de la France. En effet, les USA se refusaient jusqu’à présent à leur fournir une version aussi évoluée de leur chasseur que celle vendue à Israël, leur premier partenaire militaire dans le région. Cette victoire commerciale française n’est finalement qu’un juste retour des choses entre les Etats-Unis et la France après l’affaire des sous-marins australiens.


Vous êtes dirigeant d’une PME ou d’une ETI déjà exportatrice et vous cherchez des moyens pour accroitre votre développement ? Le programmme de l’Accélérateur International est là pour vous accompagner et trouver des relais de croissance pérennes à l’international. Grâce à la troisième promotion de ce programme, vous Bénéficierez de 18 mois d’accompagnement pour décupler le potentiel de votre entreprise. Déposez donc votre candidature pour intégrer l’Accélérateur International à partir du 6 décembre 2021 et faire partie des 30 entreprises sélectionnées.

Donnez-vous les moyen de développer votre chiffre d’affaires à l’export en intégrant le programme de la 3e promotion de l’Accélérateur International en partenariat avec Bpifrance et Business France :

  • Renforcer votre stratégie internationale en définissant une feuille de route à moyen et long termes
  • Se positionner sur des marchés à fort potentiel selon les opportunités identifiées les plus adaptées à votre produit ou votre service
  • Adapter votre organisation pour construire votre équipe export, faire monter en compétences des membres de votre CODIR et internationaliser l’ensemble des fonctions
  • Développer vos opportunités commerciales pour multiplier votre chiffre d’affaires à l’export

Le programme de l’Accélérateur International

Ce parcours intensif de 18 mois comprend du conseil sur mesure, un parcours de 5 séminaires de formation collective et de la mise en réseau pour développer des relations business durables avec vos pairs.

Les détails du programme :

  • Du Conseil avec 15 jours incluant une demi-journée d’onboarding, 2,5 jours de stratégie d’approche marché et de priorisation pays, et 12 jours de conseil complémentaires
  • De la formation en présentiel avec 5 sessions de 2 jours en France et à l’étranger, dispensées par un organisme de formation et un parcours de e-learning sur mesure via la plateforme Bpifrance Université
  • De la mise en relation à travers votre promotion regroupant 30 entrepreneurs avec qui vous formerez un réel collectif, la communauté des 2000 Accélérés Bpifrance et l’accès aux réseaux Bpifrance et Business France.

À qui s’adresse l’Accélérateur International  ?

Aux dirigeants de PME et ETI ayant :

  • Un chiffre d’affaires supérieur à 5 M€
  • Une expérience vécue à l’international
  • Au moins 3 ans d’existence

Vous pilotez les orientations stratégiques et les décisions d’investissement de votre entreprise ? Vous êtes motivé et rempli d’ambitions pour votre entreprise, prêt à relever les défis qui s’imposent ?

Le tarif du programme est de 5 000€ HT par trimestre, payable en 6 fois soit un reste à charge total pour l’entreprise de 30 000€ HT

Déposez votre candidature 

En dépit de l’inflation, des difficultés d’approvisionnement et de la pénurie de main d’œuvre, la reprise du commerce international est bien là. L’assureur-crédit Coface confirme cette tendance en améliorant ses notes de risques pays pour 26 états et en effectuant 30 reclassements positifs d’évaluation sectorielles. Voici quelques précisions ainsi qu’un accès à l’étude Coface.

Par Franck Boccara

La crise sanitaire avait contraint Coface à déclasser 78 évaluations de risque pays en 2020. Pour cette année, le retour à la normale se confirme avec 16 reclassements au premier semestre et 26 pour le dernier trimestre. Cette amélioration est clairement ressentie en Europe avec des risques d’impayés qui diminue en France (A2), en Italie (A4), en Allemagne (A2), Belgique (A2), en Espagne (A2) et en Suisse (A1).

La vitalité de l’export de produits manufacturés en direction des marchés avancés a permis de revoir à la hausse les évaluations des économies exportatrices d’Europe centrale et orientale (Pologne, Hongrie, republique tcheque), d’Asie (Corée du Sud, Singapour, Hong Kong) ainsi que celle de la Turquie (B).

Pour Coface, ces chiffres encourageants pour les risques pays sont en partie dus aux campagnes de vaccination qui ont eu lieu cet été, notamment dans les économies développées, et qui auraient entraîné avec elles une forte augmentation de la consommation de services. Pour les économies émergentes, ce rebond profiterait aux pays exportateurs alors que celles basées sur les services peineraient à bénéficier de la reprise.

La prudence reste de mise

Malgré cette tendance positive, les analystes de Coface gardent certaines réserves sur les perspectives des risques pays. Tout d’abord, l’incertitude qui plane toujours sur l’évolution de la situation sanitaire vient s’ajouter aux effets de la crise sur les chaînes d’approvisionnement qui ont crée des perturbations sur l’offre et une pression sur les prix. On peut egalement ajouter à ces facteurs la pénurie de main d’œuvre dont souffre toujours l’économie mondiale.

L’autre élément qui vient tempérer l’optimisme vient de la Chine et des turbulences de son économie. Le rôle central de la Chine dans le commerce international et dans les chaînes d’approvisionnement régionales fait peser la menace de risques importants sur les échanges économique en Asie, mais également sur d’autres marchés émergents tels que l’Amérique latine, le Moyen-Orient et encore l’Afrique.

Cette relative reprise a cependant joué en la faveur des services à fort contact tels que le commerce de détail, l’hôtellerie et les loisirs. Ces secteurs qui ont souffert en premier lieu des restrictions sanitaires ont connu une embellie formidable dans les pays les plus vaccinés. Pour le tourisme, on espère que la tendance va se confirmer à la hausse car ce n’est manifestement pas le cas à l’heure où nous écrivons ces lignes.

Consulter l’étude Coface

Dubaï restera dans l’histoire comme le premier pays du Moyen-Orient à accueillir l’exposition universelle. L’évènement Expo 2020 Dubaï, pour lequel un budget pharaonique de sept milliards de dollars a été débloqué par le pays, se tient du 1ᵉʳ octobre 2021 au 31 mars 2022 et marque le retour de l’évènementiel à l’échelle planétaire depuis le début de la crise santaire. La France n’a pas manqué ce rendez-vous avec un pavillon à la hauteur des ses ambitions.

Par Franck Boccara

« Le monde entier se réunit aux Émirats arabes unis tandis que nous inaugurons ensemble {…} l’Expo 2020 Dubaï », a déclaré avec fierté le cheikh Hamdane, prince héritier de Dubaï, durant la grandiose cérémonie d’ouverture.

Un pavillon français écoresponsable

Chacun des 190 pays participant à l’Expo 2020 Dubaï disposera de son propre pavillon, une première pour une exposition universelle. La France a su marquer son originalité et se démarquer grâce à un superbe bâtiment écoresponsable pensé par les cabinets d’architectes L’Atelier Perez Prado et Celnikier & Grabli Architectes. L’ouvrage est totalement démontable et constitué de 2500 m² de tuiles solaires photovoltaïques. « Le Pavillon de la France cherche à repenser le progrès, à créer des émotions et des connexions, et à libérer de nouvelles idées afin de réinventer notre monde.« , précise le site internet de l’Expo 2020 Dubaï.

Le Pavillon France Expo 2020 Dubaï

L’inspiration à la vitesse de la lumière

La France a réussi à se servir de cet évènement mondial pour affirmer sa place de leader et son engagement pour une planète plus verte avec un pavillon clairement engagé vers les Objectifs de Développement Durable (ODD) définis par l’ONU. L’Expo 2020 Dubaï va donc permettre à la France de promouvoir et d’affirmer sa vision nouvelle d’un progrès responsable et de porter haut ses valeurs ainsi que son image dans les secteurs économique, culturel et touristique. Pour cela, nous avons sur place deux ambassadeurs de choix : Jessica Préalpato, Meilleure Chef pâtissier du monde 2019, et Thomas Pesquet, astronaute français de l’ESA.

Le Pavillon France avec son slogan « L’inspiration à la vitesse de la lumière » offre au visiteur un parcours plaisant dans lequel il pourra découvrir les innovations et créations françaises. L’exposition permanente est dédiée au concept du Progrès et propose trois espaces scénographiés.

Des expositions temporaires se succéderont tous les mois avec une expertise artistique dédiée à chacune d’entre elles : l’art digital (Histovery x L’Oréal sur Notre-Dame), les arts de la table (Groupe Chalhoub), l’art cinétique (Atelier Cruz-Diez), l’architecture (Société du Grand Paris x Dominique Perrault) et la mode (Jean Paul Gaultier).

Flying Whales, le plus grand dirigeable du monde

En plus de ces expositions et manifestations quotidiennes, la France est présente à Dubaï avec la start-up Flying Whales pour promouvoir le LCA60T (large capacity airship 60 tons), le plus grand aéronef au monde dont le vol inaugural est prévu en 2024.


Le LCA60T de FLYING WHALES

Ce dirigeable de 200 mètres de long et de 50 mètres de diamètre avec une capacité de transport pouvant aller jusqu’à 60 tonnes s’affirme comme la vision novatrice et écologique du cargo aérien. « Au travers du traitement moderne d’un objet iconique des Expositions universelles du siècle dernier, FLYING WHALES proposera aux visiteurs une expérience physique et digitale donnant à voir l’un des modes de transport phare de demain. », précise le site du Pavillon France.


INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER
AUX DERNIÈRES NOUVELLES

Le respect de votre vie privée est notre priorité

L’accès au site implique l’utilisation de cookies mais celle-ci est subordonnée à votre consentement.