FINANCEMENT

Chers entrepreneurs, vous voulez tout savoir sur l’instrument PME ? Venez assister au petit-déjeuner organisé par Bpifrance pour comprendre le fonctionnement de cet instrument et vous inspirer de l’expérience du lauréat 2018. Voici, en avant-goût, quelques éclairages sur le concept. 

Par la rédaction

Cet instrument est destiné à tous les types de PME innovantes présentant une forte ambition de se développer, croître et s’internationaliser. Il sera dédié à tous les types d’innovation, y compris les innovations non-technologiques et de services. L’instrument PME. est conçu comme un « outil » de croissance qui pourra être porté par une seule PME.

La Commission propose pour la première fois d’accorder des financements à des projets portés par une seule PME qui devrait se traduire pour l’entreprise par la mise en œuvre de projets plus stratégiques (pas de concurrence et prise en compte uniquement des besoins des PME).

Pour son financement, tous les défis sociétaux et technologies génériques et industrielles doivent appliquer l’instrument consacré aux PME et allouer un montant à celui-ci, à hauteur de 7% sur l’ensemble de la durée du programme cadre.

L’instrument P.M.E. pourra soutenir l’entreprise par étape en fonction de la maturité du projet et accorder une subvention dans les deux premières étapes :

  • Phase 1 : évaluation du concept et de la faisabilité jusqu’à 50000 euros, à partir d’un business plan démontrant la viabilité de développement d’un marché potentiel ;
  • Phase 2 : R&D, première application commerciale – démonstration de 0,5 million à 2,5 millions d’euros en subvention ;
  • Phase 3 : accord de prêts ou fonds propres pour la phase de commercialisation, avec un accompagnement dans cette démarche, par un réseau de professionnels européens financés par la Commission.

La PME peut bénéficier d’un accompagnement (« monitoring » et « coaching ») dans les trois phases du projet financé par la Commission européenne :

  • le réseau Entreprise Europe (EEN) présent dans l’ensemble des régions européennes dans les phases 1 et 2 de leur projet ;
  • une plate-forme d’experts sélectionnés au niveau européen pour la phase 3 du projet ainsi que le P.C.N. « soutien au financement à risques » ;
  • les P.C.N. thématiques et notamment le PCN PME et « soutien au financement à risques », consortium qui réunissent plusieurs structures ayant des relations avec les PME chargés de répondre aux questions des porteurs de projets sur la teneur des appels à propositions, de les conseiller sur l’ingénierie des projets européens (connaissance des règles de participation et différents instruments de financement d’Horizon 2020).

Venez vous inspirer du témoignage de Naim Kosayyer, Fondateur et PDG d’ANASEN, société lauréate de l’Instrument PME Phase 2 en 2018 : programme dédié aux PME innovantes avec un fort potentiel de croissance, leur permettant d’obtenir jusqu’à 2,5M€.

Programme de la rencontre

  • 08h30 Accueil petit-déjeuner
  • 09h00 Intervention
    Interview de Naim Kosayyer, fondateur et PDG d’Anasen par Laurence Faigenbaume, responsable de projets européens chez Bpifrance, point de contact national PME et membre du réseau enterprise europe 
  • 10h00 Questions-Réponses

Pour ceux qui le souhaitent, vous pourrez assister au lancement du projet Anasen et profiter d’un cocktail networking de 12h30 à 14h00

Inscrivez-vous dès maintenant !

Patronat et entreprises n’ont pas tardé à se mobiliser pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris. Quelques heures après l’incendie, les fleurons de l’économie française ont déjà relevé le défi et réuni plusieurs centaines de millions d’euros pour la reconstruction de l’édifice.

Par Franck Boccara

Le Medef et CPME ont exhorté, ce mardi 16 avril, les entreprises françaises à participer à la reconstruction de Notre-Dame de Paris, partiellement détruite la veille par ce terrible incendie, grâce à leurs dons et leurs savoir-faire. « Si l’édifice est sauvé, la réparation des dégâts demandera des années de travaux et des moyens considérables. Le Medef appelle les entrepreneurs à se mobiliser pour contribuer à la reconstruction d’un des joyaux du patrimoine mondial à travers la collecte nationale de dons lancée par la Fondation du patrimoine », écrit le syndicat dans un communiqué.

« Le formidable élan de solidarité devra se traduire d’une part par la recherche de moyens financiers et d’autre part par la mobilisation de tous les talents présents dans de très nombreux corps de métiers » déclare la CPME.

L’AFEP (Association Française des Entreprises Privées) a, de son côté, appelé toutes ses 110 entreprises adhérentes à contribuer, en plus des initiatives de chacune d’entre elles, à la reconstruction de Notre-Dame de Paris, à hauteur d’une année de cotisation à l’association.

Les entreprises au rendez-vous

La famille Pinault, via sa société d’investissement Artemis, va contribuer à la reconstruction de la cathédrale à hauteur de 100 millions d’euros. « J’ai vu ma fille de 17 ans pleurer. Cela nous a pris aux tripes. C’est un défi incroyable, et dans les temps qui courent un geste symbolique. On sera beaucoup à participer, chacun en fonction de ses capacités » a déclaré le président François-Henri Pinault sur Europe 1 mardi matin.

L’Oréal, et la famille héritière Bettencourt Meyers, se sont engagé sur un don de 200 millions d’euros pour la cathédrale, dont 100 millions d’euros par la fondation Bettencourt Schueller.

Le groupe LVMH et la famille Arnault ont aussi annoncé ce mardi qu’ils contribueraient à la reconstruction de Notre-Dame de Paris à hauteur de 200 millions d’euros en écrivant dans un communiqué « La famille Arnault et le groupe LVMH, solidaires de cette tragédie nationale, s’associent à la reconstruction de cette extraordinaire cathédrale, symbole de la France, de son patrimoine et de son unité »

Total, par la voix de son PDG Patrick Pouyanné, s’engage pour sa part à une contribution de 100 millions d’euros pour la reconstruction de la cathédrale.

Le groupe Bouygues va faire un don de 10 millions d’euros et ses dirigeants Martin et Olivier Bouygues ont annoncé que le géant du batiment va s’engager dans un mécénat de compétences en prenant part aux rénovations de l’édifice.

La famille Decaux se dit, dans un communiqué, prète à poser 20 millions d’euros via JCDecaux Holding, pour participer à la restauration du monument.

Marc Ladreit de Lacharrière, homme d’affaires milliardaire à la tête de la société d’investissement Fimalac, a également déclaré vouloir s’associer à «l’effort national de reconstruction» par un don de 10 millions d’euros «pour la restauration de la flèche, symbole de la cathédrale».

Les banques ont aussi répondu présentes à l’appel : Le Crédit Agricole Île-de-France annonce 5 millions d’euros, la Société générale et BPCE donneront chacune 10 millions et le Crédit Mutuel ainsi que BNP Paribas ont également fait des promesses de dons sans préciser le montant.

CapGemini, le géant informatique tricolore s’est dit «solidaire de l’effort national» et a annoncé une participation d’un million d’euros pour contribuer à la reconstruction de Notre-Dame.
Michelin, Vinci, et Air Liquide ont également déclaré leur volonté de participer à l’effort de financement, mais sans indiquer pour l’instant le montant tout comme le groupe immobilier Duval.

ST8 est une plateforme blockchain créee par un consortium dans le but d’aider les PME françaises à lever des fonds. Inaugurée cette semaine, elle va permettre aux PME sélectionnées d’émettre des jetons financiers (security tokens) qui représentent en fait des actions digitalisées.

Par Franck Boccara

Lever des fonds sur la blockchain ! Cela devrait être possible à partir de cette semaine grâce à cette technologie empruntée au Bitcoin. En effet, la plateforme française ST8 va « tokéniser » les actifs financiers en offrant la possibilité aux entreprises sélectionnées sur dossier d’emprunter des fonds et d’émettre des actions classiques en mettant sur le marché ses fameux « security tokens » (actions digitales) à l’aide de la blockchain. Du côté investisseurs, ST8 va s’adresser aux acteurs traditionnels que sont les family office, les fonds d’investissement et les business angels.

Se financer différemment

La valeur ajoutée de cette nouvelle forme de financement est de créer une solution alternative aux financements classiques qui ne sont pas toujours en phase avec les besoins de nos PME comme l’explique Paul Bougnoux, le Président de Psion Finance, une des trois sociétés initiatrices du projet avec Havas Blockchain et Tokeny : « Toutes les entreprises n’ont pas envie d’aller en Bourse ou de faire entrer un fond à leur capital ».

Se financer sur mesure

Ces « jetons financiers » offrent les moyens à l’émetteur de définir les droits qu’il accorde à l’investisseur en échange de ses fonds : droit au bénéfice, part du capital, etc… Ces opérations sur-mesure s’adapte donc mieux aux besoins spécifiques de chaque PME en leur laissant une autonomie plus importante sur la forme qu’elles veulent donner à ces financements.

Se financer plus vite et moins cher

Les dirigeants de ST8 affirment que les émissions de tokens (limitées à 8 millions d’euros par opération) demeurent plus rapide et moins onéreuses que les financement habituels. « C’est une clé du potentiel succès des security tokens », affirme Fabien Aufrechter, responsable d’Havas Blockchain.

En effet, le modèle est plus rapide car les dossiers se montent en quelques jours du fait d’une réglementation plus souple (le prospectus soumis à visa AMF n’est pas nécessaire). Il est également moins onéreux dans la mesure où les « coûts liés à la sécurité et à la gestion des dossiers sont inférieurs » selon Paul Bougnoux

Reste à savoir si les PME sont prêtes à sauter le pas pour adopter ce mode de financement qui rappelle un peu les ICO (levées de fonds en cryptomonnaies) qui ont atteint des sommets entre 2017 et 2018 avant de chuter dans le sillage des principales cryptomonnaies…. l’avenir nous le dira.

PME ! Vous voulez financer votre croissance ? Il existe plusieurs dispositifs pour vous accompagner dans votre croissance : crédit, prêts d’honneur ou encore aides et subventions. Venez découvrir toutes les solutions !

Vous avez un projet de croissance pour votre entreprise (développement de nouveaux marchés, international, croissance externe…) ? Vous voulez renforcer votre positionnement en misant sur l’innovation ?
Vous voulez identifier les solutions de financement qui existent pour soutenir l’activité et le développement de votre entreprise ?

Selon votre situation, plusieurs types de dispositifs peuvent être mobilisés :
•  crédits à court ou à long terme,
•  prêts d’honneur,
•  dispositifs fiscaux (crédit impôt recherche, statut de jeune entreprise innovante),
•  subventions et avances remboursables ou solutions alternatives.

Venez faire le point sur les solutions qui s’offrent à vous lors du workshop :

Croissance : comment la financer ?

Le programme

16 h 30 – Accueil

16 h 45 –Présentation des différents dispositifs de financement
• Thomas GALLORO, ‎Président d’IDF CAPITAL
 

17 h 15 – Quels financements pour l’innovation ?
17 h 45 – Croissance : comment la financer ?
• Florent GENOUX, Délégué Innovation Direction Régionale Paris-Bpifrance
• Alice ROUSSET, Déléguée Territoriale Paris-Région Ile-de-France
• Gwenaelle THAUVRON, Responsable des professionnels et Marie-Laure Da Costa, Responsable de l’Espace Entrepreneur et spécialisée dans le domaine de l’innovation-BNP
• Roxane GATMIRI, chargée d’affaires Innovation, Pôle Financement-CCI Hauts-de-Seine


18 h 15 – Questions/réponses

19 h 00 – Networking

>> S’INSCRIRE

Inscription obligatoire. Participation gratuite

Mardi 9 avril 2019 de 16h30 à 19h00
CCI Paris – 2 place de la Bourse – 75002 Paris
M° Bourse ou Grands Boulevards

Bertrand Pivin, directeur associé chez Apax Partners, responsable des investissements dans les secteurs des Services et Santé, nous livre sa vision du BtoB et nous donne les 3 clés du succès à travers des exemples concrets de financement de start-up.

L’industrie de demain s’invente sur Global Industrie

Global Industrie 2019 vous donne rendez-vous du 5 au 8 mars 2019, au Parc des expositions Eurexpo de Lyon ! Avec  100 000 m² d’exposition, 45 000 visiteurs et des industriels du monde entier y sont attendus. PME et ETI de La French Fab, participez au plus grand salon industriel généraliste en France, pour accélérer votre mutation vers l’industrie du futur. 

Global Industrie est né de la réunion de 4 événements complémentaires :

  • Midest : le salon des savoir-faire en sous-traitance industrielle
  • Smart Industries : le salon de l’industrie connectée, collaborative et efficiente
  • Industrie : le salon des technologies et des équipements de production
  • Tolexpo : le salon des solutions et des équipements pour la tôlerie.

Un programme de conférences ambitieux

+ de 200 intervenants experts sont prévus.

Parce que l’industrie est en constante (r)évolution, les Conférences Global Industrie vous permettent d’avoir toujours un temps d’avance ! 
Cette année, plusieurs thèmes centraux de l’industrie du futur seront traités par des professionnels à travers des masterclass de grands capitaines d’industrie, ainsi que des débats et keynotes à caractères stratégique et technologique en présence d’experts qui vous feront part de leurs analyses et de leurs retours d’expériences (la cybersécurité, la fabrication additive, la cobotique, les relations clients-fournisseurs, le financement, les voitures électriques et autonomes, l’avenir de la filière aéronautique, la formation, l’environnement, le Machine Learning, les biomatériaux ou encore le jumeau numérique…).

Bpifrance est partenaire de cet événement.

Les temps forts de Global Industrie : former, démontrer, innover, comprendre

  • Campus – trouvez dès aujourd’hui le job de demain : un espace entièrement dédié à l’emploi, la formation et l’attractivité des métiers dans l’industrie.
  • Génération Smart – un concours dans le Campus : le concours propose donc aux étudiants de découvrir les nouvelles technologies qu’ils rencontreront dans leurs futurs métiers.
  • Usine connectée : une chaîne complète de fabrication en fonctionnement présentée sur 1100 m²
  • Places des savoir-faire – au cœur du village : implantées au cœur des secteurs clés du Midest, chaque Place constitue un véritable idiome pour chacun d’eux.
  • Adwards : 7 catégories représentatives de la richesse du monde industriel. Une initiative qui garantit une exposition médiatique et des retombées exceptionnelles.
  • Robotics show – la robotique, cœur de cible de Global Industrie ! 200 m² d’exposition  – 15 à 20 robots en fonctionnement
  • Espace Recherche : mettre en lien création et innovation ! L’Espace recherche réunit des Laboratoires d’origines différentes qui partagent la volonté de créer des partenariats productifs.L’espace démonstrateur
  • Conférences : un programme  qui vous permettra d’être informé des dernières évolutions de l’industrie.
  • Etats généraux de la robotique (initiative DGE et Global Industrie) : les enjeux et les perspectives pour la filière Robotique.

Informations pratiques

  • Salon : Global Industrie 
  • Eurexpo Lyon – Halls 1 à 6
  • Dates : du 5 au 8 mars 2018
  • Horaires d’ouverture :

Mardi et Mercredi : 9h – 18h
Jeudi : 9h – 20h (nocturne)
Vendredi : 9h – 17h

Théoriquement, tout le monde s’accorde sur le fait que les salariés puissent bénéficier de la croissance de leur entreprise. Dans la pratique, c’est une autre réalité puisque seulement 56% des salariés de l’ensemble des entreprises sont couverts par au moins un dispositif de participation, d’intéressement ou d’épargne salariale. Pour les PME, les chiffres sont bien en-dessous…essayons d’en expliquer les raisions.

Par Serge de Cluny

Sans surprise, les chiffres sont plutôt élevés dans les grandes entreprises et les ETI de plus de 1000 personnes avec 75 % des salariés bénéficiant d’un accord d’intéressement et 86 % ayant accès à un plan d’épargne entreprise. Pour les petites PME, les chiffres de l’intéressement passent à 22 % dans les entreprises de 50 à 99 salariés et à 11 % pour celles qui en comptent entre 10 et 49.

Le simple fait de figurer dans le cadre d’un accord d’intéressement ou de participation ne veut pas dire qu’une prime sera versée automatiquement . En 2016, par exemple, on compte seulement 15 % des salariés des PME (moins de 250 personnes) qui ont encaissé une prime d’épargne salariale, soit 1,4 million de bénéficiaires. Ceci s’explique par le poids du forfait social, dont le taux était de 2 % en 2009 pour atteindre 20 % en 2012. Pour une PME qui déciderait de verser 30 000 euros, le coût des cotisations sociales sera donc de 6 000 euros.

Avec la suppression du forfait social à compter du 1er janvier 2019 dans les PME de moins de 250 employés, le gouvernement souhaite justement encourager les petits patrons à utiliser davantage ces dispositifs considérés vertueux par certains, mais pas par les syndicats qui les voient comme une façon de contourner les hausses de salaires.

En plus du coût, c’est également une question administrative qui freine bien souvent les dirigeants de PME ou TPE qui ne disposent pas de DRH dans leurs effectifs. En effet, rédiger un accord d’intéressement demande en général l’intervention de spécialistes. Pour solutionner cet obstacle, le gouvernement vient de mettre en ligne deux modèles d’accord sur le site du ministère du Travail (l’un pour l’intéressement, l’autre pour la participation) qui reprennent une à une les clauses devant figurer obligatoirement dans ce type de texte.

Les taux de crédit immobilier de courte durée ont dépassé le seuil plancher de fin 2016. En effet, on ne le sait pas forcement mais il est aujourd’hui possible de négocier des taux records de 0,45 % sur 7 ans ! Alors qui en sont les bénéficiaires et pourquoi ? Eléments de réponse…

Par Franck Boccara

Tout d’abord. il faut souligner que le marché du crédit immobilier n’a jamais été aussi dynamique bien que la conjoncture semble incertaine. Pour preuve, les derniers chiffres que la Banque de France a publié font état d’un encours de crédits de 1 003 milliards d’euros. Le marché immobilier résidentiel, quant à lui, devrait maintenir son dynamisme pour l’année 2019 La chambre des notaires révèle dans sa dernière note de conjoncture, un nombre de transactions record évalué entre 950 000 et 960 000 ventes sur un an. Parallèlement, les prix ont poursuivi leur hausse sur tout l’hexagone : les appartements anciens ont progressé de 3,4% en moyenne en France et de 4,2% en Ile de France.

Concernant les taux de crédit immobilier, le taux moyen varie entre 0.8 % et 0.9 % pour une durée de 7 ans, cependant certains profils peuvent prétendre à ces super taux. Alors qui sont-ils ? Principalement des seniors qui disposent d’apports élevés et qui empruntent sur très courtes durées. En effet, les banques, qui se livrent une concurrence féroce entre elles, appliquent des politiques commerciales agressives pour attirer les meilleurs profils cumulant à la fois apport personnel et situation personnelle et professionnelle stables.

Pour comprendre les raisons d’une telle générosité pour les taux des crédits immobiliers , il faut se tourner vers la « politique accommodante de la BCE qui permet toujours aux établissements de proposer des crédits à taux très bas. Sans compter qu’elles ont cette année des objectifs de clients élevés », explique Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.com.

Le salon des entrepreneurs 2019 se tiendra les 6 et 7 février prochain pour sa 26e édition ! Vous avez un projet innovant et souhaitez financer votre développement, vous êtes futur dirigeant ou repreneur ou vous cherchez une idée ? Ne manquez pas le plus grand rassemblement d’entrepreneurs d’Europe !

Venir au Salon des Entrepreneurs, c’est s’inspirer de l’expérience de grandes réussites, développer son réseau, se donner les moyens et chercher l’opportunité qui permettra de faire aboutir ses projets d’entreprise.

AU PROGRAMME

  • 2 000 experts mobilisés pour vous apporter des conseils sur mesure,
  • 400 partenaires et exposants parmis lesquels Bpifrance, CCI, Business France et le Medef
  • 200 conférences et ateliers pour vous former gratuitement,

LES TEMPS FORTS

  • Le débat d’ouverture : « Let’s do it ! Idées et tendances pour créer et se développer en 2019 » en présence de Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance
  • International : « French Touch : secrets et bonnes pratiques pour vendre et cartonner à l’étranger »
  • Financement :  « Panorama des solutions pour financer votre projet et vous développer »
  • Plénière de clôture : « Jeunes & entrepreneurs, ils osent tout ! »

Voir le Programme complet 

INFORMATIONS

  • Dates : 6 & 7 février 2019
  • Horaires : mercredi de 9h à 19h et jeudi de 9h à 18h30
  • Lieu : Palais des Congrès de Paris – Porte Maillot

INSCRIVEZ-VOUS !

L’épargne salariale va voir ses règles modifiées par la loi Pacte qui, bien que pas encore votée, va dans le bon sens pour les salariés. Ceux-ci peuvent considérer cette loi comme une bonne nouvelle car elle apporte des choses extraordinaires pour doper l’épargne salariale dans les entreprises. Petit tour d’horizon rapide…. Par Eric Orsini De fait, le Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (Pacte) est un projet de loi du Gouvernement d’Édouard Philippe qui a pour but de booster la croissance des entreprises françaises et dont un volet va réformer les mécanismes d’épargne salariale. L’épargne salariale, on le sait, est un système d’épargne collectif qui est mis en place au sein de certaines entreprises. Ce système va consister à verser à chaque salarié une prime liée à la performance de l’entreprise (intéressement) ou qui représente une quote-part de ses bénéfices (participation). Ces sommes attribuées peuvent être versées directement au salarié si il le désire ou être déposées sur un plan d’épargne salariale (abondement dans un PEE ou PERCO).
Le projet de loi Pacte, qui a été présenté en juin et voté en septembre, affiche un objectif majeur : celui de favoriser l’épargne salariale. À condition d’être appliquée, cette réforme prévoit de moins taxer les TPE et les PME si elles reversent une partie de leurs bénéfices aux salariés qui pourront ainsi toucher un intéressement ou une participation. Cette exonération du forfait social va concerner aussi l’abondement. de ce fait, les entreprises de moins de 50 salariés vont être incitées à augmenter les versements sur les plans d’épargne salariale ou sur les Perco (Plan d’épargne retraite collectif).
De plus, la loi Pacte pourrait avoir un effet sur d’autres éléments. Elle est destinée tout d’abord à inciter au développement de la gestion pilotée de l’épargne retraite, afin de la rendre plus productive. Le projet de loi prévoit par ailleurs un meilleur transfert entre les différents produits, notamment si le salarié change d’employeur. On peut y voir également une plus grande liberté de sortie qui sera accordée aux salariés. En effet, ces derniers pourront, une fois à la retraite, toucher leur épargne plus facilement et sous la forme qu’ils choisiront : capital, rente viagère ou mixte.
4 / 512345
INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER
AUX DERNIÈRES NOUVELLES

Le respect de votre vie privée est notre priorité

L’accès au site implique l’utilisation de cookies mais celle-ci est subordonnée à votre consentement.